Messages

Les chemins de l'âme: Diversité humaine et pouvoir des mots

Image
Y’a-t-il une différence fondamentale entre les humains? Assurément non, car toutes et tous ont reçu à la base un cerveau doté d’une matrice logicielle formatée; c’est ce que nous appelons l’âme qui habite le corps physique. Leurs différences sera dépendante seulement de leur environnement immédiat qui commencera à les reformater doucement, mais sûrement. Les uns deviendront des scientifiques adhérant totalement au principe de la laïcité, de la liberté de pensée et se consacreront à diffuser la lumière de la science; les autres deviendront des religieux extrémistes adhérant à l'obscurantisme pur et dur. Tous se basent sur des postulats qu’ils considèrent vrais; et ce sont ces pseudo-vérités qui interviennent dans leur compréhension et l’interprétation des choses de la vie; ce sont ces postulats ou axiomes qui participent à former leurs opinions ou leur vision du monde; donc, ce qui les différencie, c’est juste l’environnement qui les a formés; chaque expérience vécue, chaque

Al-amana et el-khilafa (الأمانة و الخليفة )

Image
La responsabilité suprême (el-khalifa الخليفة ) est acceptée par l'être humain avant de venir sur Terre; c’est une charge confiée par Dieu (al-amana الأمانة) à laquelle on souscrit avant de naître. Selon la perspective du grand dessein divin, où un univers parfait prend forme, les rôles et les postes sont attribués par le Créateur et ceux qu'Il choisit comme ses représentants. Cette ultime charge, a été initialement proposée à toutes les créatures, mais elles l'ont déclinée. Par la suite, Dieu a allégé cette responsabilité et l'a confiée à une nouvelle créature nommée Adam. Cependant, un ange nommé Iblis a contesté cette décision en arguant qu'il en était plus digne. C'est ainsi que Dieu, étant fondamentalement équitable, a décidé que l'obtention de rôles et de postes serait soumise à des épreuves. C'est pourquoi nous venons sur Terre : pour passer ces épreuves dans l’espoir de mériter une place de choix auprès du Seigneur (رب العالمين)." Traduction

La Kaaba n'est pas el-qibla (قبلة)

Image
D'après la tradition islamiste, le terme arabe « qibla » ( قبلة ) est souvent associé à la direction de la Kaaba, considérée comme la demeure d'Allah, où des millions de pèlerins se rendent pour prier et accomplir des rituels. Cependant, une autre interprétation du mot « qibla » existe dans le Codex coranique. Selon cette perspective, « qibla » renvoie plutôt à l'acceptation d'un système de croyances, en l'occurrence, la nouvelle religion. En effet, «  Qabel  » ( قابل ) signifie encore de nos jours « j'accepte ». Cette signification est également reflétée dans les noms donnés à certains villages, notamment en Afrique du Nord, désignés par « Kabyles » ( قباائل ). Même la tradition islamiste reconnaît que ce nom leur a été donné parce qu'ils avaient accepté le Message divin originel avec ses valeurs authentiques. Leurs lois actuelles reflètent toujours ces principes, comme la laïcité et la démocratie. Le lieu de rassemblement des villageois kabyles est appelé

Tu es le résultat de tes pensées

Image
La maxime "Tu es le résultat de tes pensées" souligne l'importance de nos pensées dans la façon dont nous vivons notre vie. Elle suggère que nos pensées et nos croyances façonnent nos actions, nos émotions et notre réalité. Si nous entretenons des pensées positives, nous sommes plus susceptibles d'attirer des expériences positives, tandis que des pensées négatives peuvent entraîner des résultats moins favorables. En d'autres termes, nos pensées influencent notre perception du monde et notre capacité à créer notre propre bonheur et succès. La maxime nous rappelle donc l'importance de cultiver des pensées positives et constructives pour façonner notre destinée. Ce vidéo illustre bien cette maxime:

Biographie de Muhammad

Image
Lorsqu'il s'agit de la vie du prophète Muhammad, il est important de noter que la majorité des informations proviennent des textes islamiques tels que le Coran, la Sīra (biographie du prophète) et les Hadiths (paroles et actions du prophète). Cependant, il existe également des références historiques non islamiques qui mentionnent le prophète Muhammad. Voici quelques-unes : 1. Les écrits de l'historien byzantin Théophane le Confesseur (758-817) mentionnent l'existence d'un prophète arabe nommé "Mohammed" et le début de la religion islamique. 2. Les travaux de l'historien arménien Sébéos (seconde moitié du VIIe siècle) font référence à la propagation de l'islam et à la vie de Muhammad. 3. L'historien perse al-Tabari (839-923) a compilé une chronique historique, "Histoire des prophètes et des rois", qui mentionne également le prophète Muhammad et la naissance de l'islam. Les historiens ne remettent pas en cause l’existence de Muhamma

Napoléon, le Coran et le califat

Image
Le Coran napoléonien  La relation de Napoléon Bonaparte envers le Coran peut être décrite comme complexe et ambiguë. En tant que conquérant militaire et homme politique, Napoléon avait des motivations politiques et stratégiques dans ses actions en Égypte, et il a cherché à utiliser l’islam à son avantage. Napoléon a tenté de présenter une image de respect envers l’islam et le Coran afin de gagner le soutien des populations locales. Il a émis des déclarations proclamant le respect de l’islam et la protection des lieux saints. Il a également publié une déclaration célèbre, connue sous le nom de “Proclamation aux habitants de l’Égypte”, dans laquelle il exprimait des paroles élogieuses envers le Prophète Mahomet et le Coran. Cependant, malgré ces déclarations, les actions de Napoléon ont parfois contredit ses paroles. Les troupes françaises ont saisi des biens religieux et des manuscrits, y compris des exemplaires du Coran, dans le cadre de leur occupation en Égypte. Certaines de ces œuvr

Laïcité ( كره - شاء - ذكر - نذر)

Image
Quel est le mot qui irrite tant les islaminés ? Je pencherais pour le mot laïcité. On va zoomer sur le Coran pour tenter d'y voir un peu plus clair. D'abords, convenons de cette définition avec Antidote : « Système où il y a séparation de l’État et de l’Église, celle-ci n’exerçant aucun pouvoir politique, notamment en matière d’éducation. » « L’église » peut être remplacée ici par n’importe quel courant religieux qui prétend détenir une vérité sacrée et qui voudrait l'imposer par la force aux autres membres du système. Après avoir zoomé donc sur quelques occurrences pertinentes, je n’y ai trouvé aucun verset qui impose quoi que ce soit à l’humain; juste des rappels de ce qui est bien ou mal; j’en conclus même que la laïcité comme système de gouvernance est vivement recommandée dans le Coran; de plus, le choix de suivre la voie qui nous plait est clairement explicité; c’est ce qu’on appelle le libre arbitre; ensuite, seul Allah peut juger de ce qu’il y’a dans le cœur d